• L'avant Flaminaire

    Janvier Quercia, orfèvre, fonde son affaire de fabrication de coffrets et d’orfèvrerie que l'on retrouve les prémices de la saga Quercia. Il installe son atelier dans le quartier du Marais à Paris.

  • Invention de la pierre.

    Suite à l'invention quelques années plus tôt de la pierre à briquet par le Baron Carl Auer Von Welsbach, la maison Quercia commercialise une allumette en argent, creuse, avec une pierre longue contenant une mèche.

  • Flamidor

    la société Quercia commercialise Flamidor, les premiers briquets à essence classiques. La fabrication artisanale des briquets à essence s’intensifie dans les tranchées de la première guerre mondiale avec l’utilisation des douilles de cartouches en cuivre.

  • Marcel Quercia

    Marcel Quercia cherche auprès de son père à diversifier les produits. Il achète les droits de l’entreprise familiale de la marque Flaminaire et de la marque Abdulla et développe la branche d’articles pour fumeurs : briquets et pipes. La plupart des briquets Abdulla ainsi que quelques Flamidor sont dejà considérés comme des briquets de luxe.

  • MQR

    Marcel Quercia s’associe avec Monsieur Romain pour s’installer dans un petit atelier à Damprichard (Doubs) et fabriquer des briquets Flamidor. C'est  l'atelier "MQR" (Marguet-Quercia-Romain) qui fabriquera plus tard les mêmes briquets que Flaminaire, mais sous les marques Flamidor et Myon.

  • Henry Pingeot

    Henry Pingeot, constructeur de détendeurs pour bouteilles de gaz à Clermont-Ferrand, met au point et dépose le brevet pour un petit jerrican contenant du gaz sur lequel il fixe un système ressemblant à une valve de vélo (à la place de la mèche).

  • Don de brevet

    Marcel Quercia rencontre Henry Pingeot qui, au lieu de vendre ses droits à une entreprise allemande, fait don de ses brevets à Marcel Quercia qui créé ainsi le 1er briquet à gaz.

  • Redon

    Marcel Quercia rencontre Roger Moreau,directeur de la SRPI (Société Redonnaise de Perfectionnement Industriel) et achète un terrain à Redon.

  • Le Gentry

    le "Gentry", premier briquet à gaz au monde, est présenté au grand public à l’Hôtel Crillon à Paris. 72 brevets Pingeot-Ferdinand-Quercia protègent l'avancée technologique.  Le nouveau briquet coûte 20 000 F (l’équivalent d'un salaire moyen à l'époque)

  • Le Crillon

     Le "Crillon" (de poche) fait son apparition au grand public. Son nom provient de l'hotel parisiens où le "Gentry" avait été présenté un an auparavant. On note cette année là, l'arrivée du "Baronet", le deuxième briquet à gaz de table de la marque

  • La Fête des Pères

    En inventant la Fête des Pères, Marcel Quercia implante en France ce concept novateur, excellent pour le lancement régulier de nouveaux modèles de briquets.

  • Usine

    L'usine redonnaise Flaminaire compte 227 employés.

  • Le Galet

    au cours d’une promenade sur une plage cannoise, Marcel Quercia ramasse et glisse dans sa poche un galet. La forme serait idéale pour un briquet… Mis au point à Damprichard, le mécanisme de ce briquet automatique est complété par une recharge "butabloc" et un habillage fabriqué dans les usines de Redon Le "Galet " apparaît sur le marché.

  • Flamagaz

    La société prend une envergure européenne en s’associant avec Flamagaz, usine espagnole.

  • Usine

    Flaminaire compte 577 employés

  • International

    Flaminaire reçoit l’oscar de l’exportation (45 % du chiffre d’affaires est réalisé sur les marchés étrangers).

  • Le début de la fin

    la famille Quercia perd sa majorité au sein des actionnaires.

  • Nouvelle Vague

    La politique de l’entreprise repose sur la création de nouveaux modèles : le "F20" et le "F10".

  • La crise

    615 personnes sont employées. Pour rester concurrentiel, les premiers licenciements au sein de l'entreprise ont lieux.

  • La Valse

    l’entreprise est incorporée au Groupe Bic et Flaminaire, abandonnant le nom de Quercia, devient sa propre raison sociale. La société assure alors la distribution de "Maruman", la plus importante marque de briquets japonais.

  • Bic

    Dans cette société de consommation, le briquet de luxe a-t-il encore sa place ? Remettant en cause ce positionnement, les techniciens de Flaminaire mettent au point le briquet jetable. Mais sa fabrication sera assurée par la nouvelle société "BJ 75" (Briquet Jetable 1975) dans un nouveau bâtiment construit à coté de Flaminaire.

  • La chute

    Le groupe Bic vend Flaminaire à la société Flamagaz de Barcelone, qui la cède à Francine Gomez, Directrice de la firme "Waterman" deux ans plus tard. Le marché du briquet ayant évolué, ce qui reste de Flaminaire est en difficulté.

  • La disparition

    Après une longue période de dépôts de bilan en éphémères reprises, la liquidation des biens de l'entreprise sera prononcée.

  • Warnod

    Les marques "Flaminaire" et "Myon" sont rachetées par Monsieur Warnod de la société parisienne "Ward". Il vend l’usine de Redon à "Bic-BJ75" et s’installe à Damprichard où il continue la commercialisation des produits "Myon" fabriqués par les ateliers "MQR". Il poursuit également la vente des produits Flaminaire restants(stock de Redon et négoce).

  • La fin

    Jusqu’à la fermeture définitive en 1993, Monsieur Warnod de la société parisienne Ward produit aussi des briquets bas de gamme sous la marque Flamy.